Le projet

architectural

KARAWITZ Architecture

Contexte urbain,

culturel, climatique

La République du Congo (ne pas confondre avec la République Démocratique du Congo) est un pays tropical sur l’équateur, dont la capitale est Brazzaville. Dans la région de Sangha, dont Ouesso est la ville principale, le climat équatorial est chaud et humide tout au long de l’année. Cette région est connue pour son exploitation économique de la forêt tropicale. Traditionnellement, l’architecture locale se base sur des constructions en bois et en terre crue. Quant au développement économique, la république du Congo compte parmi les pays les plus pauvres du monde, sachant que la région d’Ouesso est faiblement peuplée et développée.

Ouesso, République du Congo

Réflexions sur une construction adaptée

La majorité des constructions congolaises se fait traditionnellement à base de terre crue et de bois locaux. Reflets direct de la situation du développement et de l’économie du pays, ces types de construction ont par définition un très faible impact environnemental.

A l’heure ou dans ces parties du monde, la « durabilité » fait la une de tous les magazines, elle n’est pas pour autant appliquée, par crainte de perte en confort de vie, ou en compétitivité de croissance économique. Une réelle opportunité se présente dans ce projet : lier les savoirs faire en architecture bioclimatique et durables européens avec les moyens, les traditions et les techniques locales, et combiner les meilleurs éléments de chaque monde. Dès les premières réflexions sur le projet, il semble donc essentiel de :

  • travailler avec les ressources disponibles sur place
  • intégrer la main d’œuvre et les savoir-faire locaux
  • inclure les élèves à la réalisation de leur propre école
  • concevoir un bâtiment bioclimatique en harmonie avec son environnement
  • profiter des capacités techniques modernes et des traditions locales

Au-delà des réflexions théoriques, se posent les questions pratiques : comment concevoir, et surtout, comment réaliser un projet au Congo depuis la France ?
Lors d’un premier voyage au Congo, la traversée d’une grande partie du pays en bus, de Brazzaville à Ouesso, a permis de s’imprégner du climat, de la culture et de la construction locale. Les constats de la simplicité de la construction, mais aussi de l’emploi fréquent de tous types de bois locaux ont établi un premier catalogue de détails et de matériaux disponibles.

Des partenaires locaux ont également été trouvés, pour assurer le suivi du chantier et la maîtrise de gestion du projet.
Il paraît judicieux que la future construction de l’école
DIMPA, soit constituée d’une structure primaire, calculée par un bureau d’ingénierie et réalisée par une entreprise professionnelle, et que la structure secondaire puisse être réalisée par des non professionnels sur place (entre-autres directement des élèves de l’école, apprentis-charpentiers).

Insertion dans le site

Différents terrains étaient envisagés pour la construction de l’école.